Jouer au casino en ligne

Savez-vous tout sur le Blackjack?

Les origines du Blackjack reposent sur une légende racontant sa familiarité avec le jeu français « Chemin de fer » qui est une variante du baccarat. Il aurait été joué pour la première fois au XVIIIème siècle sous le nom de « Vingt-et-un » ou « Twenty One ». Aujourd’hui, le Blackjack est le jeu le plus prisé des adeptes des casinos français à travers le monde.

Le principe du jeu est simple : le joueur qui possède en même temps l’As et le Valet de pique gagne une somme d’argent supplémentaire. En effet, le nom de « Blackjack » vient de « jack » pour le valet de pique en anglais et de « black » pour noir, qui est la couleur de la feuille de pique. Ce joueur possède alors la main ou la combinaison la plus forte.

Le Blackjack, un jeu auparavant banni

Au XIXème siècle, lorsque le Blackjack était introduit aux Etats-Unis, les jeux de casinos furent interdits par la loi. Les Américains commençaient pourtant à aimer ce jeu et continuaient à jouer au Blackjack en cachette. Le gouvernement américain, à la tête de la première puissance mondiale estimait que le blackjack menait à la corruption et à la propagation des crimes organisés par la mafia. Une loi fut ainsi votée en 1910, stipulant que les jeux de casinos étaient illégaux. Constatant que de plus en plus de personnes s’étaient embarquées dans cette chasse au trésor et cette course infernale contre la loi, le gouvernement américain décida d’abolir les jeux de casinos dans certains Etats. Mais en 1930, le Blackjack fut légalisé au Nevada et dans l’Etat du New Jersey. Peu à peu, il retrouva sa place jusqu’en France, où le jeu fut à nouveau autorisé en 1969. Pour plus de précautions, le gouvernement américain publia alors des lois protégeant les joueurs.

Des ouvrages dédiés au Blackjack

Comme les règles du jeu et le comptage des cartes étaient assez flous, certains professeurs et théoriciens se mirent à publier des ouvrages, proposant des règlements mathématiques logiques avec plusieurs façons de gagner au Blackjack. Ces livres étaient devenus des références en matière de jeu et  les méthodes décrites par ces scientifiques furent adoptées comme stratégies de base au Blackjack. Ce fut le cas d’un article intitulé « La stratégie optimale au Blackjack », écrit par Roger Baldwin en 1956, publié dans le journal de l’association américaine des statistiques. Mathématicien de renom, Baldwin décrivit avec études au préalable des probabilités de gain en fonction des cartes du donneur et du joueur. Cette stratégie de base donnait un avantage au joueur lambda car permettait la diminution des gains des casinos à 1%. Ce pourcentage paraît minime mais peut rapporter gros au joueur.

« Battez le croupier »

C’est le titre d’un livre qui avait battu les records de vente lors de sa publication en 1962. À travers ses études, le professeur Edward Thorp développa plusieurs méthodes pour compter les cartes. Apparemment simples et efficaces, « Battez le croupier » était le miracle tant attendu par les joueurs invétérés du Blackjack. Les stratégies et des initiations au comptage de cartes avancées par le professeur ont permis à plusieurs milliers de joueurs à travers le monde de gagner si facilement et rapidement au Blackjack. Cependant, ces méthodes n’étaient pas accessibles à tous les joueurs, surtout débutants, car les formules proposées étaient des plus avancées et requièrent une dure vigilance et une certaine adresse. Plusieurs joueurs ont cru que les méthodes du professeur Edward Thorp leur permettraient de tricher et de manipuler le croupier facilement. A l’issu de cet écrit, certains casinos ont du changer les règles du jeu, les menant à leur avantage. Mais cela n’a pu durer car les joueurs protestèrent de plus bel en forçant les maisons de jeux à revenir aux règles précédentes. « Battez le croupier » est devenu un livre légendaire qui a marqué l’histoire du Blackjack, bref, le premier révolutionnaire des jeux.

Les compteurs de cartes des années 1960

Après la publication de cet ouvrage du professeur Thorp, plusieurs hommes sont devenus des compteurs de cartes professionnels. Ils étaient engagés puis payés pour déterminer les jeux favorables à certains joueurs. Ceci étant, ils augmentaient la mise à un niveau considérablement élevé. Redoutables « machines de guerre », ces compteurs de  cartes professionnels ont réussi leur vie et étaient devenus des millionnaires incontestés. Craignant de voir leurs casinos « piétinés » par la force inouïe de ces hommes, les propriétaires finirent par abandonner les jeux de cartes simples au Blackjack pour les remplacer par le « sabot », qui consiste à utiliser 5 à 8 jeux par partie. L’affaire s’était compliquée au fil du temps, surtout pour les joueurs débutants et moyens. Mais malgré cette difficulté, et le fait que les compteurs de cartes n’ont plus ce privilège d’auparavant, le Blackjack  reste le jeu favori des amateurs de casinos, et ce, incontestablement, jusqu’à nos jours.